Vous êtes ici :   Accueil » Blog »
 
MILLE FEUILLES
CAFÉS LITTÉRAIRES
Recherche
Recherche
REPAS LITTÉRAIRES
Calendrier
NOTES DE LECTURE
POLARS DE NUIT
Nous contacter
SALONS "DÉLIRE DE LIRE"

 ↑  
Texte à méditer :   "quand on ne voit plus le soleil, il faut croire qu'il existe" (Je veux croire au soleil)   Jacques. SEMELIN
Blog -

Baikonour mon amour  -  par Sophie

Elle, c'est Anka. Fille de pêcheur, elle ne connaît qu'un seul homme, son père Vladimir, elle ne connaît qu'une île, la mer bleue. Elle grandit avec le bleu comme immensité dans ses yeux.
Pourtant, comme le chantait l'autre, c'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui prend l'homme. Vladimir, son homme, son père, son héros est repris à l'océan. Six pieds sous terre. Naufragé laissant une mère et une jeune fille échouées sur la plage de leur vie.

Lui, c'est Marcus. Marcus il est grutier. Parce que de la haut, il voit la mer, parce qu'il voit le monde plus petit qu'il pourrait le tenir dans la paume de sa main.
Marcus il n'a qu'un père. Un père qui n'en est pas vraiment un. Qui ne sait pas vraiment aimer. Pour Markus, il ne reste plus que sa grue et toujours l'immensité de la mer bleue dans ses yeux un peu tristes.

C'est l'histoire de deux êtres pas vraiment heureux, en manque de quelqu'un, en apnée devant un rendez vous sous la bonne étoile. Ce n'est pas vraiment une histoire d'amour, ce n'est pas si simple les histoires d'A. Mais faudrait pas croire non plus Catherine Ringer qui crie que toutes les histoires d'amour finissent mal.

Il y a un manque, une obsession, une vie à vivre. Il y a la mer qui à elle seule est un personnage à part entière. La maîtresse du Baikonour, celle qui attrape les pêcheurs pour les faire danser avec les sirènes dans les abysses maritimes.

C'est un beau roman, doux, éloquent, mélodieux, inspirant, c'est un roman bleu, un roman qui fait chanter les galets sur la plage de Bretagne. Un roman qui respire une plénitude à peine torturée, juste assez pour nous attacher à Anka et Markus, un roman qui surfe sur une vague où le désir est palpable et magnétique, parce que ceux qui doivent s'aimer finissent toujours par se trouver.

C'est un très beau roman. Baikonour mon amour.

Publié le 15/05/2020 11:45   Tous les billets  Haut


Commentaires

Réaction n°1  -  par Patricia le 15/05/2020 12:22

Je suis d'accord, c'est un roman qui fait du bien ? l'héroine malgré le drame qu'elle vit, trouve le courage d'affronter son destin de femme marin pêcheur comme son père. Pour ceux qui ont lu Murène de Valentine Goby, c'est un live aussi sur l'empathie apportée aux personnes accidentées , dans le coma. De plus l'écriture est très poétique.
Rubriques
Derniers billets
Derniers commentaires
Archives
08-2020 Septembre 2020 10-2020
L M M J V S D
  01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
Évènements culturels recommandés par JMLIRE

Touchons du bois 

– Exposition de photographies, installations & sonorisation –

Samedi 19 et dimanche 20 septembre 2020 de 12:00 à 20:00

L' Artelier, 06 rue Jean de la Fontaine 81200 Aussillon

----------------------------

Exposition sur les broderies au fil d'or réalisées par les Clarisses (fin XIX fin XXème siècles)

Église Saint Sauveur

Samedi et dimanche 26 et 27 septembre 10-18h

Conférence sur ce sujet le dimanche à 15h30

J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.