Vous êtes ici :   Accueil » Blog
 
MILLE FEUILLES
CAFÉS LITTÉRAIRES
Recherche
Recherche
REPAS LITTÉRAIRES
Calendrier
NOTES DE LECTURE
POLARS DE NUIT
Nous contacter
SALONS "DÉLIRE DE LIRE"

 ↑  
Texte à méditer :   "quand on ne voit plus le soleil, il faut croire qu'il existe" (Je veux croire au soleil)   Jacques. SEMELIN
Blog
Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 ] SuivantFin
Petit OVNI littéraire du XIX° siècle  -  par Gerard

LETTRE DE CHARLES FOURIER A SA COUSINE LAURE (1827)

ça me dit 24 ah ! ou dix huit s’en vint te cette
Gers sue ma chair l’or, lin vite à Sion queue tu mâts à dresser pourras l’air dix nez rats sein ment dès, dix manches d’œufs sept ambre.
Croix jettant sue plie allant presse m’en deux tond couse hein as eux rang drap dés somme ah scions scie en gage hante. Dix manchons nos rats don l’âge oie deux temps bras serres, toit était-ce heure était pas rangs ; ai-je eaux ré, jean suisse hure, dupe les ire have ou art lac homme édit, eh ah ah si ce thé aux fesses teint.
Ile nia riz inde nous veau an sept lieues longe houe en corps l’aime atteint elle haie sou art hobby yard queue jet-mouton pet raie sans est-ce vin cœur, émoi comte y nue aile ment vingt culs.
Mât hante alors dine erre à tout j’ourlais six os elle haleine ode ou oie. Toussait faute œil sont à pisser pas raie le m’aime : ile haie thé tonnant j’eusse caque est le poing aile chez riz louve rage, jeune suie pâques homme aile.
Camp tas moine soie pointé tonné si long ment tentait voiture les rave éclair du nain sensé dentelle houe tell hart pendu jarre daim, houx six dents lame hate y né au cul pédant mâche ambre, ah fort j’ai dey mèche en verre, onde m’en dans vin au sale on maquereau mât tique qu’on verse à Sion né mamelle odieuse sauce y était. Geai griffe au nez, dais vert dés mage œufs naisse, elle habit tue dès trop paon rat scie nez pou ras voir laid ce pet rance demandé fait ramonage.
Malle et traits longanimité rend nos culs ne manne hier, gela terre mine quart tue pou rat âne au nez hune pas raye corps est ce pont danse. Geai laisse poire toux te foie d’art haché tonna demi rat si on part mont nez loque anse.
Ah d’yeux mais complies ments ah tout laid par hantons pet rétamer était-ce heure hé ton frais rarement. J’ai ce père alleluia plis quai, dix manchots saoul Arles nombril andes poète hier houx heaume oingt de verre net.
Jettant bras ce sang serre aime au nid.
Tonne a mie saint serré ah fais que si au nez.
Jeu d’oie pars tire dent Troie joue redit si (l’un dit) pourceau mai lié rend faim dent mont lis tape ah ris.

Publié le 08/05/2020 14:12  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Proverbe-maison  -  par Maryse

Publié le 06/05/2020 10:32  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
UN AUTRE REMUE-MÉNINGES  -  par Gerard

Un peu dans le même esprit que le précédent jeu que je vous ai proposé, l'intérêt de celui-ci c'est qu'on peut y jouer tout seul (par un jour de pluie ou de confinement par exemple- ou les deux).
Aussi je vous propose de passer de SUCCES à MISERE (déchéance…) Simplement, en changeant une lettre et une seule à chaque fois. Pluriels admis, verbes conjugués aussi.
Exemple pour le réussir en 9 coups :
SUCCES-SUCRES-SOURCE-SOURIE-SOURIS-SURIES-RIEUSE-CREUSE-REMUES-REMISE et donc MISÈRE. Peut-on faire mieux ?
Maintenant que vous êtes rôdés, je vous propose de passer d'un autre mot de 6 lettres POISON, à un autre mot de 6 lettres, SIRENE (notez s'il vous plaît le glissement). Pour passer de POISON à SIRENE, je l'ai fait en 7 coups.
Peut-on faire mieux ?
En voici un autre de saison: comment passer en un minimum de coups de AVERSE à SOLEIL ?
Allez, beaucoup plus difficile : passer de CIGALE à MYGALE (bouclé en 4 coups !)
Vous pouvez également nous proposer vos propres mots.

Bon courage !

Publié le 03/05/2020 12:07  - 1 commentaire 1 commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Proverbe-maison  -  par Michele

Publié le 02/05/2020 10:44  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Mésaventure de confiné(e)  -  par Josy
Non, les jours ne se ressemblent pas tout à fait…  … Mais ce n’est pas enthousiasmant pour autant. La pluie est arrivée nous confinant plus encore. Plantée devant la fenêtre - Tiens mes vitres auraient bien besoin d’un nettoyage- j’ai comme l’impression que tout s’éteint : le ciel, la chaleur, la croissance des orchidées, et… ma soif de vie. Nous devenons hargneux car l’Autre n’entend pas nos nuits d’insomnie. Nous taisons nos douleurs articulaires pour ne pas devenir l’hypocondriaque de service qui tue les espoirs de balades. Nous étouffons la jalousie qui nous ronge quand passent, sur la petite route, les cyclistes heureux et bavards peu soucieux du confinement, notre petite route que nous arpentons sagement dans un sens ou dans l’autre pour nous aérer et dégourdir nos vieilles jambes. Et c’est la rage qui nous étouffe quand, dans le petit bois tout près de chez nous, notre petit bois, nous tombons nez à nez avec deux chasseurs provocateurs, : - Nous avons une attestation de chasse à la palombe ! Nous prendraient-ils pour des imbéciles ? Derrière le pare-brise de leur rutilant Peugeot 4X4, immatriculé dans le 33, probablement une coïncidence, se chevauchent une collection de feuilles, bien en vue, attestant que… Nous sommes bien des imbéciles ! Car si je me promène, incognito et sans attestation dans le petit bois derrière chez moi, ces grands amis de la nature, tout à notre service, peuvent traquer les nuisibles envahissants et destructeurs dont fait partie notre douce palombe roucoulante, autrement dit un pigeon ramier qui a la mauvaise habitude d’inonder de ses fientes les résidences urbaines ! Ouf ! je l’ai échappé belle ! Moi qui cheminais sans fusil, en quête du coucou qui donnait un concert jusque dans mon jardin ; Moi confiné propagateur de virus, nuisible et irresponsable ;Moi, qui n’allais pas jusqu’à déposer mes fientes comme la paisible palombe mais qui m’égarais, comme elle… Sans attestation !Comme vous l’imaginez… J’ai vite repris en sens inverse mon chemin de confiné indiscipliné. Deux coups de feu ont violenté mes oreilles mon cœur et… mes boyaux. J’ai couru. Ouf ! Quelle chance ! A moins que cela ne soit, conceptuellement, une aberration… Quelle chance que l’espèce humaine n’apparaisse pas dans la fameuse liste officielle de nuisibles… à réguler !.
Publié le 01/05/2020 12:15  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Jeu  -  par Gerard
On raconte dans je ne sais plus quelle biographie que c’est un jeu auquel se livraient
 St Exupéry et Gide (qui trichait parait-il).
Soit deux joueurs A et B.
A choisit un nom de 6 lettres (pas de verbe conjugué ou non, pas d’adjectif, pas de pluriel...) qu’il ne montre pas à B.
B doit trouver le nom choisi par A en lui proposant d’autres noms de 6 lettres.
A répond en disant le nombre de lettres justes.
Exemple : 
A choisit MYGALE.
B propose CAMION. 
A va répondre : 2 justes (A et M).
A partir de là, deux versions possibles du même jeu :
- version facile, A donne les 2 lettres justes, le A et le M.
B va donc proposer des noms de 6 lettres contenant le A et le M, c'est son intérêt.
- version difficile, A répond : 2 lettres justes, mais sans préciser lesquelles. 
B doit mettre en place une stratégie pour découvrir par élimination les lettres justes et arriver au mot final.
Bon courage  !
Publié le 27/04/2020 15:04  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Tenue de camouflage  -  par JLH


 
Photographié hier, ce Sphinx du tilleul démontre que nos militaires n'ont rien inventé en matière de camouflage.
Ce n'est pas un gastronome : il ne mange pas, il peut ainsi se consacrer pleinement à son unique activité : se reproduire.
La femelle est parfois fécondée le jour même de sa naissance !
Son arbre de prédilection étant le tilleul, abondant dans les villes, il est moins menacé que ses cousins des champs, décimés par les pesticides.

Publié le 26/04/2020 11:13  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Enfin trouvé l’endroit idéal pour le confinement !!!  -  par Yvette

Publié le 26/04/2020 11:01  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Le déconfinement pour les nuls  -  par Gerard

LE DÉCONFINEMENT POUR LES NULS
 
Depuis ma zone d’inclusion, que je préfère largement  à « confinement », j’ai été justement amené à réfléchir à ce fameux confinement.
Notez tout d’abord que c’est un mot auto-oxymore, c’est à dire qu’il contient une chose et son contraire : con et finement. Si ça ne vous apparait pas immédiatement, inversez donc les termes : finement et con. Il y a bien sûr pas mal de formules oxymoresques, comme « compétent »  et «ministre», ou encore « pénurie volontaire », mais un mot auto-oxymore, style « contrordre», c’est plus rare. Si vous en connaissez d’autres, merci de me le signaler.
Mais parlons plutôt de l’après, du déconfinement. Les Français ne répugnent pas aux termes techniques, du moment qu’on leur explique. Attendons-nous  à trouver plutôt la déconfinementation (d’où ne disparaitra pas le distanstationnement). Avec l’ensemble des problèmes qui seront liés à la déconfinementation, c’est-à-dire la déconfinématique.
Heureusement apparaitront bientôt des spécialistes du déconfinement, des déconfinématiciens, des déconfinémologues ou déconfinémologistes, mieux encore des déconfinementologues ou déconfinementologistes, porteurs d’une science nouvelle, la déconfinementolologie. Ainsi qu’une pléiade de termes nouveaux et adaptés à la situation, les déconfinementologismes. Inévitablement, on va voir des déconfinementophiles, partisans d’un déconfinement rapide, ou polydéconfinementation, ou encore pluridéconfinementation (en anglais fast quarantine) et des déconfinementophobes, hostiles au déconfinement qui pourraient bien rejoindre les rangs des confinementophiles partisans d’un microconfinement et promouvant le néoconfinement. Mais attendons-nous à trouver en face des partisans acharnés du déconfinement, des déconfinementissimes, au point d’en faire une maladie, une forme aigüe de déconfinementophrénie, qui (dé)confine à la folie avec des symptômes plus ou moins sévères de déconfinementose ou des affections liées à la déconfinementite et qui font circuler des thèses absurdes sur le déconfinement tôt sous le déconfinemanteau. Des investigations plus poussées, comme des déconfinemanalyses, pourront être effectuées. Les tests pourront ainsi séparer les cas banals d’écodéconfinement des cas plus douteux de psychodéconfinement voire même d’autodéconfinementation liés à la décompensation.
Pour réussir une déconfinementation heureuse, il faudra une solide communication du déconfinement sous peine d’alimenter une décommunication du confinement.Quelques théoriciens politiques déconfinés, certains élus nouvellement inéligibles ne tarderont pas à passer de l’état de déconfiture au concept de déconfinisme, voire peuvent pousser certains à aller encore plus loin, le déconfinementisme avec ses hordes de partisans, les déconfinementeurs  (et les déconfinementeuses, évidemment). Certains n’hésitant pas à parier sur le retour d’un cryptodéconfinement. Heureusement, d’autres études, notamment la paléodéconfinementation, la protodéconfinementation et l’archéodéconfinementation, aidées par la bactériodéconfinementation démontreront sûrement que tout cela ne date pas d’aujourd’hui.
Espérons que la crise passée, on ne retombe pas dans un reconfinement ou une reconfinementation qui obligerait à redéfinir la règlementation des standards des protocoles des pré-requis d’une nouvelle redéconfinementation.
 
Professeur Gerbas, 24 avril

Publié le 26/04/2020 10:59  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Proverbe-maison  -  par Joelle