Vous êtes ici :   Accueil » Café littéraire du 14 décembre 2015 au Grand Balcon à Mazamet
 
MILLE FEUILLES
REPAS LITTÉRAIRES
POLARS DE NUIT

CAFÉ LITTÉRAIRE DU 14 DÉCEMBRE 2015

AU GRAND BALCON DE MAZAMET

Treize livres présentés par et pour 21 convives, ce Mille Feuilles Coup de cœur vous offre un choix non dénué de sérieux en prise avec la réalité ambiante mais aussi de belles surprises à partager en famille.

Deux ouvrages jeunesse, destinés à des cadeaux de fêtes : HISTOIRE D’UNE MAISON édité chez Gallimard à destination des enfants de 9 à 10 ans, un texte poétique illustré par de grandes planches, décrit l’histoire d’une maison de 1900 à nos jours. C’est l’occasion de raconter la grande Histoire à travers l’histoire d’une famille. SOUS LA TERRE ET SOUS L’EAU édité par Autour du monde pour les 8 ans et plus. Textes précis et grandes illustrations permettent de comprendre la vie cachée sous les eaux et la terre. Un livre pour s’instruire en famille de façon agréable.

Michel PASTOUREAU : Le roi tué par un cochon. Nous sommes en 1131, Philippe fils aîné du roi capétien Louis VI est tué à la suite d’une chute de cheval causé par un cochon déambulant dans les rues de Paris. L’auteur historien spécialiste des couleurs et de la symbolique médiévale se sert de cet événement pour nous raconter la place du porc dans la société médiévale. On apprend aussi dans cet ouvrage le pourquoi du choix de la fleur de lys par la royauté. De quoi être plus savant…

André SCHWARZ-BART : La mulâtresse solitude. L’auteur fait revivre une femme esclave, au destin tragique. Elle vivait en Guadeloupe au moment de la première abolition de l’esclavage lors de la révolution française, elle symbolise le dur chemin vers la liberté parcouru par toute une population.

François SUREAU : L’obéissance. C’est un étrange récit, concis, rythmé par une abondante correspondance et non dénué d’humour noir qui nous est conté ici. Il s’agit d’un épisode extravagant et dramatique qui a eu lieu en Belgique à la fin de la Grande guerre. A découvrir.

Françoise FRANKEL : Rien où poser sa tête. Il s’agit de l’itinéraire d’une jeune française qui fonde à Berlin la première librairie française en 1921. Après 1939 elle doit fuir l’Allemagne, à travers son récit on découvre l’univers de la France occupée. Ce texte retrouvé il y a peu de temps est préfacé par Modiano.

Irvin YALOM : Le problème de Spinoza. L’auteur psychologue met en parallèle la vie du philosophe du XVII siècle et les interrogations sur le sujet de l’éthique, du dirigeant nazi du XX siècle Rosenberg lors de la confiscation aux Pays Bas de la bibliothèque de Spinoza. Il faut savoir que ces livres n’ont pas été détruits et retrouvés dans une mine de sel en Europe de l’Est.

Luis SCHRIVER : Il faut qu’on parle de Kévin. Ce livre est un « coup de poing » violent qui raconte le parcours d’un jeune de 16 ans qui dans l’Amérique actuelle tue 9 personnes dans son lycée. Sous la forme épistolaire on suit le désarroi d’une mère d’adolescent dans un pays où les armes sont en vente libre.

Jean Louis FOURNIER : Ma mère du Nord. Après avoir parlé de son père, de ses enfants, JL Fournier écrit une déclaration d’amour à sa mère récemment décédée. Réservée et discrète, il en fait un portrait lumineux et lui donne pour la faire revivre une place essentielle dans l’album familial.

Maelys de KERANGAL : Réparer les vivants. Cet ouvrage récompensé par de multiples prix, ne fait pas que décrire une transplantation d’organes, il est une ode à la vie. Simon, 20 ans, meurt d’un accident de voiture, ses parents ont à prendre la difficile décision du don d’organes, de son cœur en particulier. Claire, 50 ans, attend un cœur pour pouvoir continuer à vivre… Grâce à un style haletant comme le souffle, vous serez embarqué dans une aventure collective mais aussi intime. Un livre qui fait réfléchir.

LA CIMADE : Eux c’est nous. Un petit livret à mettre dans toutes les mains pour ouvrir son esprit, ses bras et son cœur à tous les réfugiés qui fuient la guerre ; D. Pennac y délivre son message de solidarité.

Boualem SAALAM : 2084 la fin du monde. A la manière d’Orwell, cet écrivain algérien avec beaucoup de courage, essaie de faire prendre conscience à ses lecteurs du danger représenté par un monde gouverné par des extrémistes musulmans. A l’aide d’une fiction qui n’en a que le nom, il fustige l’embrigadement des esprits par la religion et l’impossibilité de retrouver la liberté. Un livre très près de l’actualité qui a reçu un prix littéraire.

Mark ELLSBERG : Black out, demain il sera trop tard.  Et si nous étions brutalement privés de courant ? Nous ne mesurons pas notre dépendance à la fée électricité. Dans ce roman une gigantesque panne d’électricité frappe l’Europe, désorganisant à peu près tout, économie, relations sociales. Qui est responsable de cette situation ? Un hacker repenti est chargé de mener l’enquête, non sans méfiance de la part des autorités. Un beau scénario pour un film catastrophe !

En guise de conclusion à cette séance proche des fêtes de fin d'année, n'oublions pas qu'il y a beaucoup de façon de célébrer Noël : les cadeaux, les lumières, les gourmandises ... mais aussi la générosité, la solidarité, celle envers ceux qui cherchent un refuge chez nous loin de la guerre. Il y a à Mazamet rue du moulin une crèche qui incite à méditer sur l’accueil qu'ils méritent.


Précédent  
  Suivant

Recherche
Recherche
Calendrier
NOTES DE LECTURE
Nous contacter
Texte à méditer :  

La lecture n’offre à l’homme aucune explication définitive sur son destin mais tisse un réseau serré de connivences entre la vie et lui. Infimes et secrètes connivences qui disent le paradoxal bonheur de vivre alors même qu’elles éclairent l’absurdité tragique de la vie…   Daniel Pennac

J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.