Vous êtes ici :   Accueil » Blog
 
MILLE FEUILLES
CAFÉS LITTÉRAIRES
Recherche
Recherche
REPAS LITTÉRAIRES
Calendrier
NOTES DE LECTURE
POLARS DE NUIT
Nous contacter
SALONS "DÉLIRE DE LIRE"

 ↑  
ARCHIVES
Texte à méditer :   "Chaque livre a une âme. L’âme de celui qui l’a écrit, et l’âme de ceux qui l’ont lu, ont vécu et rêvé avec lui." (L'ombre du vent)   Carlos Ruiz Zafon
Blog
Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 6 pages suivantesSuivantFin
Poème J’m lire  -  par Gerard

Mais n’en citer un, c’est en oublier mille,

Et pourquoi Ken Folett plutôt qu’Herman Melville,

Jean Giono, Gougaud, versus Victor Hugo, 

Malraux, Ionesco contre Christine Angot ?

Si je cite Jules Renard, j’omets Ajar, Ronsard et Cortazar,

Je heurterai Balzac en y plaçant Pennac.

Plutôt Aymé, Jean Genêt que Madame d’Epernay ?

Tesson s’en tirerait mieux que Cicéron ?

London, Anacréon moins bien que Jean D’Ormesson ?

Oublier Sévigné sans s’en indigner ?

Pauvre Corneille, qui ne sait Houllebecq.

Je cite Chateaubriand pour avoir l’air brillant,

Je choisis Madame de Staël aussitôt qu’on s’installe,

Je nomme illico le bel Arthur Rimbaud,

J’avale Gavalda comme une pastille Valda,

Pour vous mettre en colère je cite Philippe Sollers

Je préfère Genevoix à d’autres jeunes voix,

Mais en faisant ce terrible décompte,

Aussitôt j’en rougirai de honte.

Mes amis, je fuis la sélection qui omet Fénelon,

Qui inscrirait en faux le bon Jean-Jacques Rousseau,

Trouve Voltaire austère et  préfère Paul Auster.

Je dénonce aussitôt une manœuvre vile

Qui se propose rien de moins que d’enterrer Virgile

qui  élit Laclavetine contre Céline ou Lamartine.

Je refuse un tirage au sort

qui nie Butor, les Chants de Maldoror.

Ma littérature est universelle,

Et sans complexe aucun j’y trempe ma cervelle.

Et lorsque le sommeil vient et que j’éteins la lampe,

Les anciens et les modernes,

Écrivains de génie ou auteurs subalternes,

Tous viendront sans repos ni sans trêve

De leurs mots choisis ensemencer mes rêves.

Publié le 20/05/2021 17:42  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Yves Duteil et la liberté  -  par Monique
Décidément, l’actualité  de Mai va permettre de conjuguer au présent de l’Indicatif une variation sur le thème de la liberté et l’oeuvre poétique
chantée d’Yves Duteil dont nous parlions récemment, qui publie aux Edit.de l’Archipel“Chemins de liberté”**, ceux qu’il a suivis, dans son engagement personnel au service des autres et son parcours d’auteur-composi-teur-interprète alors que “sort” en complément un coffret de 4 CD de75 de ses chansons. Si on sait manier l‘art du QR code intégré à la fin du bouquin, on peut en écouter gratuitement certaines ..
Publié le 18/05/2021 08:50  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Les chemins de la liberté  -  par Evelyne

Un titre de livre, à point nommé, pour le Mai du Livre de J’MLire, consacré à la liberté : «  Les chemins de la liberté  » d’une écrivaine américaine Lisa Wingate. Editons les Escales.

Un livre à double entrée, mettant en parallèle deux figures féminines, Hannie et Bénedetta, dont on va suivre l’histoire respective dans la même contrée, en Louisiane, mais à un siècle d’intervalle (1875 /1987).

L’auteur y met en lumière une facette méconnue de l’histoire du Sud des Etats-Unis. A la fin de la Guerre de Sécession, des hommes et des femmes nouvellement émancipés commencent à rechercher des membres de leur famille, éparpillés entre la Louisiane et le Texas. Une quête difficile quand on n’a que des repères imprécis  ou un seul patronyme, pour faire aboutir les recherches. Un journal du Sud va créer dans ses pages une rubrique ouverte à tous, « Amis Perdus » ( Lost Friends), pour permettre à ceux qui le désirent de lancer un appel à témoin afin de retrouver leurs proches. Et les avis de recherches de se répandre dans tout le pays…( La publicité avant l’heure ! ).

Hannie, 16 ans, et bien qu’affranchie, est encore liée à son ancien propriétaire  par un contrat de servitude de dix ans, qui à terme doit lui permettre  de devenir propriétaire d’un lopin de terre sur la plantation et d’en jouir en toute liberté. Seulement il n’y a plus de « maître », donc pas de contrat ! Elle va se risquer à l’aventure pour retrouver le sésame de sa liberté et découvrir ainsi le réseau des « Amis Perdus ».

Un siècle plus tard, Bénedetta, professeur dans un collège rural à Augustine (Louisiane), essaye d’intéresser ses élèves à la littérature contemporaine, notamment Steinbeck, mais face au désintérêt de la majorité de la classe, elle tente une diversion et  propose  à l’ensemble de mener un travail sur l’histoire de leur ville…

Les deux récits alternent successivement, dans un constant va et vient, ponctué par la retranscription d’avis de recherche adressés aux « Amis Perdus ». A leur lecture transparaît la naïveté touchante des mots et des tournures de phrases, pour la plupart émis sous la dictée, ainsi que l’espoir suscité par ces petits bouts de papier matérialisant l’existence d’une personne certes éloignée mais qu’on n’oublie pas.

Publié le 16/05/2021 08:43  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Le Prophète  -  par Francoise

Khalil Gilbran1883-1931 poète libanais
Un recueil de poèmes ,en prose,qui traite entre autres de la joie ,de la liberté,de la vie la plus intime comme des problèmes les plus quotidiens
Un des textes culte du 20 siècle
Sur « la liberté »page 63 dans la collection Poche

"Que la douceur de l’amitié soit faite de rires et de plaisirs partagés" K. G

Publié le 15/05/2021 10:36  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Liberté, extrait d'Annie Ernaux  -  par Monique

Dans le livre d'Annie Ernaux, "Les années",( beau livre, employant  une forme nouvelle, l'autobiographie à la fois impersonnelle et
collective),  l'autrice nous donne à ressentir le passage des choses, et notamment le vent de liberté qui parcourait les femmes dans les années soixante-dix.

 

On se retournait sur son histoire de femme. On s’apercevait qu’on n’avait pas eu notre compte de liberté sexuelle, créatrice, de tout ce qui existe pour les hommes. Le suicide de Gabrielle Russier nous avait bouleversées comme celui d’une sœur inconnue, et nous nous étions indignées de la roublardise de Pompidou citant un vers d’Eluard que personne ne comprenait pour éviter de parler de l’affaire. La rumeur du MLF venait à la province. Le torchon brûle se trouvait au kiosque, on lisait La Femme Eunuque de Germaine Greer, La politique du mâle de Kate Millett, La création étouffée de Suzanne Horer et Jeanne Socquet avec le sentiment d’exaltation et d’impuissance que procure la découverte d’une vérité pour soi dans un livre. Réveillées de la torpeur conjugale, assise par terre sous le poster Une femme sans homme, c’est un poisson sans bicyclette, on reparcourait nos vies, on se sentait capables de quitter mari et enfant, de se délier de tout et d’écrire des choses crues. De retour à la maison, la détermination refroidissait, la culpabilité sourdait. On ne voyait plus comment on pourrait s’y prendre pour se libérer – ni pourquoi. On se persuadait que son homme à soi n’était pas un phallocrate ni un macho. Et l’on hésitait entre les discours- ceux qui prônaient l’égalité des droits entre hommes et femmes, et s’attaquaient à «la loi des pères», ceux qui préféraient valoriser tout ce qui était féminin, les règles, l’allaitement et la préparation de la soupe aux poireaux. Mais pour la première fois, on se représentait sa vie comme une marche vers la liberté ; ça changeait beaucoup. Un sentiment de femme était en train de disparaître, celui d’une infériorité naturelle.

Publié le 11/05/2021 14:35  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Etre et avoir  -  par JMLIRE

Loin des vieux livres de grammaire
Écoutez comment un beau soir
Ma mère m'enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir...
Parmi mes meilleurs auxiliaires
Il est deux verbes originaux
Avoir et Être étaient deux frères
Que j'ai connus dès le berceau

Bien qu'opposés de caractères
On pouvait les croire jumeaux
Tant leur histoire est singulière
Mais ces deux frères étaient rivaux

Ce qu'Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l'avoir
À ne vouloir ni dieu ni maître
Le verbe Être s'est fait avoir

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro
Alors qu'Être, toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego

Alors qu'Être toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego

Pendant qu'Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités
Pendant qu'Être, un peu dans la lune
S'était laissé déposséder

Avoir était ostentatoire
Dès qu'il se montrait généreux
Être en revanche, et c'est notoire
Est bien souvent présomptueux

Avoir voyage en classe Affaires
Il met tous ses t**res à l'abri
Alors qu'Être est plus débonnaire
Il ne gardera rien pour lui

Alors qu'Être est plus débonnaire
Il ne gardera rien pour lui

Sa richesse est tout impériale
Ce sont les choses de l'esprit
Le verbe Être est tout en pudeur
Et sa noblesse est à ce prix...
Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord
Entre verbes ça peut se faire
Ils conjuguèrent leurs efforts

Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier

Le verbe Avoir a besoin d'Être
Parce qu'être c'est exister
Le verbe Être a besoin d'avoirs
Pour enrichir ses bons côtés

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

Yves DUTEIL

Oublie ton passé, qu`il soit simple ou composé,

Participe à ton présent pour que ton futur soit plus-que-parfait.

Auteur inconnu

Publié le 06/05/2021 09:49  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
La librairie de la place aux Herbes  -  par Sophie

La librairie de la place aux Herbes d'Eric de Kermel

Un livre simple, plein d'humanité.

Dans chaque chapitre sont notés les titres et auteurs des ouvrages lus, découverts, recommandés par et à chacun des clients. En fin d'ouvrage sont répertoriés tous ces livres, des classiques, des romans ....dans lesquels nous pouvons puiser des idées de lecture. La libraire de la place aux herbes est agréable à lire, l’auteur  nous fait découvrir des parcours de vie, et une librairie dans laquelle j'irais volontiers assouvir mon envie de lecture !

En résumé, pas de la grande littérature mais un livre qui fait du bien et des idées de lecture en prime.

Si vous passez près d’Uzès ; n’hésitez pas à rentrer à la librairie de la Place Aux herbes !!

Publié le 22/04/2021 08:51  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Les passeurs de livres de Daraya  -  par Elisabeth
Parmi les livres que j'ai lu dernièrement, il y en a un qui m'a touché plus particulièrement et qui intéressera peut-être votre association d'amateurs de livres.
Son titre: "Les passeurs de livres de Daraya" - Une bibliothèque secrète en Syrie.
Son auteur: Delphine Minoui, une journaliste française, spécialiste du Moyen Orient
Son éditeur: Seuil - Points
C'est le récit d'un petit,groupe d'insoumis, amateur de livres et de culture, qui malgré le contexte de guerre et de répression, a continué de faire de la résistance pacifique contre toutes les tentatives de les éliminer, eux et leur ville Daraya. Pendant les 4 années de blocus, ils ont exhumé des milliers d'ouvrages ensevelis sous les décombres de leur ville bombardée et les ont rassemblés dans une bibliothèque secrète, cachée dans un sous-sol. Au coeur du chaos, un refuge où la parole et les pensées circulaient, contre les atrocités, l'absurde et l'oubli, sans tomber dans le piège de l'un ou l'autre mouvement d'extrémistes,  résolument non-partisan et non-violent.
Leur seule motivation: rester humains par la lecture et la culture. "Le livre ne domine pas. Il donne. Il ne castre pas. Il épanouit."
"Une bibliothérapie universelle, en temps de paix comme de guerre."
Publié le 20/04/2021 21:21  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Quatre petits bouts de pain  -  par Jeannine

Quatre petits bouts de pain de Magda Hollander-Lafon : Un témoignage poignant, une méditation sur la vie , celui d'une jeune fille depuis le camp d' Auschwitz. Le don d'une femme mourante de quatre petits bouts de pain, accompagné de l'injonction " tu es jeune tu dois vivre" ainsi que d'autres moments de grâce à découvrir dans le livre, ont montré à Magda le chemin d'une méditation intérieure.

Publié le 20/04/2021 18:49  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
A la grâce des hommes  -  par Evelyne

In extrémis, voici ma participation aux 10 ans de J’MLire : « A la grâce des hommes » de Hannah Kent.

Au début du 19ème siècle, en Islande, Agnès, une femme jeune, reconnue coupable du crime de son amant, est condamnée à mort.

A cette époque, la justice des hommes ne tient pas compte de circonstances atténuantes et, femme et homme se retrouvent égaux devant la sentence rendue, la décapitation !

En attente de l’exécution, Agnès est placée dans une ferme, au fin fond d’un canton reculé du pays. Elle est confrontée à l’hostilité et la méfiance des habitants qui se voient contraints de cohabiter avec une criminelle. Au fil du temps cependant, ces sentiments vont évoluer quand Agnès va révéler certaines circonstances qui l’ont amenée au meurtre.

 La vérité n’est pas toujours celle que l’on pense être…

C’est en compulsant les archives criminelles islandaises que l’auteur a découvert les quelques lignes du procès concernant celle qui aura été la dernière condamnée à mort en Islande et lui a redonné vie dans son roman.

Publié le 20/04/2021 18:48  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 6 pages suivantesSuivantFin
Rubriques
Derniers billets
Derniers commentaires
Archives
09-2021 Octobre 2021 11-2021
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Évènements culturels recommandés par JMLIRE

Festival du documentaire du 8 au 10 octobre à Labastide Rouairoux

Exposition Femmes remarquables de Mazamétain à la Maison des mémoires de Mazamet jusqu'au 28 octobre.

J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.