Vous êtes ici :   Accueil » Mille feuilles du 19 février 2016
 
MILLE FEUILLES
REPAS LITTÉRAIRES
POLARS DE NUIT

19 FÉVRIER 2016 MILLE FEUILLES MÉDIATHEQUE AUSSILLON

Des coups de cœur nombreux et très différents pour cette séance.

Philippe BLONDEL : Un minuscule inventaire. Antoine divorcé depuis peu a le désir de larguer les amarres, il propose sur un stand de vide-grenier, des objets dont il veut se débarrasser… C’est le moment de se remémorer leur histoire mais c’est aussi celui d’évoquer l’histoire des acheteurs. Une chaleur humaine se dégage de ce roman, on y rencontre des personnages vrais et gentiment faillibles.

Philippe Blondel : Mariages de saison. Ce sont des instantanés de vie que le narrateur du roman, cameraman lors d’un mariage nous donne à lire. Avec une grande empathie, les membres de la famille prennent corps et cela nous renvoie à notre propre vie. Un court roman écrit de façon concise qui ne vous laissera pas indifférent.

Geneviève DECAU : Parents adoptifs, je vous hais. Une histoire d’adoption, avec toutes les difficultés du parcours et les conséquences sur les sentiments des intéressés mais celle-ci est écrite par ceux qui l’ont vécue et malgré son titre elle est remplie d’amour.

Céline CURIOL : Les vieux ne pleurent jamais. Un roman sur les personnes du troisième âge. C’est à travers l’amitié de femmes que l’on découvre peu à peu, la difficulté de vieillir, la réalité de l’âge mais aussi ce que le regard des autres nous apprend sur nous même. Un livre emprunt de sagesse car « quoiqu’il en soit, ce dont il faut se réjouir, à n’importe quel âge c’est d’avoir simplement vécu ».

Gaëlle JOSSE : L’ombre de nos nuits. Cet auteur reste dans l’inspiration que lui suscite la vision d’un tableau, ici c’est une œuvre de Georges de la Tour et le personnage de San Sébastien, qui à travers l’histoire de trois amours, lui permet de révéler l’ombre et la lumière présente en chacun de nous. A partir d’une réalité historique Gaëlle Josse rend compte de sentiments intemporels.

Andréa HIRATA : Les guerriers de l’arc en ciel. A Sumatra en Indonésie, nous pénétrons dans l’univers de dix enfants pauvres qui sont heureux d’aller en classe même si leur école est dépourvue de tout. Ils y apprennent à croire en leurs rêves et forment une communauté solidaire. Un hymne à l’éducation qu’on aimerait trouver chez nous. On peut pour garder espoir lire les dernières nouvelles de Philippe DELERM, Le goût du mojito, car des histoires évoquent la joie procurée par la découverte de la lecture,d’un petit petit garçon aperçu dans un autobus.

Marek HALTER : La force du bien. Ici aussi une lecture porteuse d’espoir puisqu’il s’agit d’enquête pleine de témoignages sur les « justes » ayant sauvés la vie de personnes juives pendant la deuxième guerre mondiale. L’auteur a voulu créer une mémoire du bien car « le bien est l’espoir et sans espoir on ne peut vivre ».

Antoine CHOPLIN : Le héron de Guernica. Dans ce roman Basilos est peintre amateur d’oiseaux notamment de hérons cendrés. Il vit à Guernica en Espagne en 1937. On y découvre un point de vue original sur l’épisode dramatique du bombardement de la ville par l’aviation nazie alliée des franquistes pendant la guerre civile. Le héros semble détaché par rapport aux événements terribles qui se déroulent sous ses yeux dans Guernica bombardée. Envoyé à l’exposition universelle de Paris quelques temps plus tard, il découvrira le tableau éponyme de Picasso mais sans pouvoir montrer son oiseau fétiche au célèbre peintre.

Laurent BINET : La septième fonction du langage. Voici un roman plein d’humour, loufoque, impertinent, féroce et délirant qui à la manière d’un thriller, tout en partant de faits réels nous plonge dans l’univers intellectuel parisien des philosophes et hommes politiques de la fin du vingtième siècle. Ceux ci sont transformés en personnages de fiction qui commettent des actes insensés. La lecture de ce livre vous rendra aussi plus savants en sémiologie.

Catherine POULAIN : Le grand marin. Une femme, Lily, décide de prendre le large… Ce sera en Alaska sur l’île Kodiak. C’est à bord d’un bateau de pêche à la morue, au flétan, au crabe qu’elle embarque. Elle va découvrir un monde âpre, un monde d’hommes, dans le froid, l’humidité, les blessures et l’alcool. De par sa rage de vivre cette vie là, elle va savoir se faire reconnaître… et aussi se faire aimer et aimer… Le grand marin… L’écriture de Catherine Poulain est sèche, ses phrases sont courtes. C’est un livre écrit « avec ses tripes ». C’est ce qui en fait toute sa vitalité, sa dureté et sa vérité. La passion d’une femme libre, solitaire et déterminée. Un roman autobiographique ?

Haruki Murakami et illustrations de Kat Menschick : L’étrange bibliothèque. Cette nouvelle conte la fascinante aventure d’un adolescent : il vient d’emprunter un livre et se retrouve embarqué dans le « labyrinthe » d’une bibliothèque. Il va rencontrer un homme-mouton, une mystérieuse fillette, les clés claquent dans les serrures. Comment va-t-il s’en sortir ? Murukami nous conduit dans un univers inquiétant, envoûtant, entre rêve et cauchemar. Il y a beaucoup de suspens dans ce livre.

Hakan Günday : Encore. C’est l’histoire de Gazâ, né au bord de la mer Egée au milieu des clandestins qui essaient de partir en Grèce, et « dressé » par son père Ahad à s’en occuper, à sa façon. C’est une descente aux enfers où nous entraîne le héros qui tue son seul ami. « Le fait qu’il y ait un enfer ne prouve nullement qu’il y ait un paradis. »

Evelyn Mesquida : La Nueve. Cet essai d’histoire contemporaine, précise que le 24 Août 1944, les premiers "français libres" de la 2eDB qui libèrent Paris sont des espagnols. Ce livre raconte leur épopée, depuis les camps de concentration français inhumains de 1939 jusqu'à la prise du "Nid d'aigle" d'Hitler en mai 1945 et la promesse non tenue par les alliés de chasser Franco lorsque les nazis auraient été vaincus.

Seldan EDWARDS :L’Incroyable histoire de Wheeler Burden. Ce gros livre de plus de 600 pages est une plongée dans le passé. Le narrateur vit en 1988 à San Francisco et un matin il se retrouve à Vienne en 1897 à l’époque de Freud. Recherchant ses grands parents, il va croiser Adolf Hitler qui a alors 6 ans… Ce roman qui a nécessité de longues années d’écriture et de recherche pose entre autres la question suivante : et si on pouvait changer le destin de l’humanité ?

Paul VEYNE : Palmyre, l’irremplaçable trésor. C’est avec beaucoup de précisions historiques et surtout d’humanité et d’émotion que ce grand spécialiste de l’histoire antique, dresse une ode à cette ville martyre victime de la barbarie de Daesh, que l’on ne peut plus admirer que dans les livres.

Enfin pour tous ceux qui sont allés voir le film CHOCOLAT, nous vous recommandons la lecture du livre de Gérard NOIRIEL : la véritable histoire d’un homme sans nom. On y trouve le résultat des recherches de cet historien, spécialiste de l’histoire de l’immigration, ce qui nous permet de nous faire comprendre les mentalités des années 1900…



Recherche
Recherche
Calendrier
NOTES DE LECTURE
Nous contacter
Texte à méditer :   "quand on ne voit plus le soleil, il faut croire qu'il existe" (Je veux croire au soleil)   Jacques. SEMELIN
J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.