Vous êtes ici :   Accueil » Notes de lecture
 
MILLE FEUILLES
REPAS LITTÉRAIRES
POLARS DE NUIT

Mo Yan – 1955
Prix Nobel 2012
« Beaux seins, belles fesses » (Point-Poche)
Voici une autobiographie romancée, débonnaire, de l'auteur qui a traversé les périodes les plus troubles de l'histoire de la Chine. La description de la vie des gens aux prises avec les militaires japonais, puis la révolution avec l'arrivée des troupes de Tchang Kai Chek, les miliciens de Mao Zedong, la Révolution Culturelle, tous les malheurs s'abattent sur une population déjà très pauvre. Mais il faut survivre et Mo Yan est de bonne humeur…

Imre Kertesz – 1929 - 2016
Prix Nobel 2002
« Être sans destin » et « Le Chercheur de Traces » (Poche, BABEL-973)
Rescapé des camps de la mort nazis, il raconte sa vie avec naïveté, tendresse et optimisme. La libération des camps intervient au moment où une infection décime les prisonniers et l'énervement des geôliers a bien failli lui être fatal…

Alejo Carpentier – 1904 - 1980
« Le Partage des Eaux » (Poche)
Il existe plusieurs façon de rédiger un compte rendu ethnographique ; celui des ethnologues de métier comme Claude Levi-Strauss et son fameux « Tristes Tropiques » (à lire, bien entendu :  « Je hais les voyages et les explorateurs... ») ou bien comme Alejo Carpentier par le roman, on y relève les situations les plus cocasses habituellement passées sous silence. Libéré les contraintes du genre du roman d'aventure, avec cette patte d'humanité ; lecture digne d'un polar…

Michel Leiris – 1901 - 1990
« L'Afrique Fantôme » (Pléiade)
Ce journal ethnographique est le premier du genre « total » où l'ethnologue-aventurier se livre corps et âme. L'équipe est conduite par Marcel Griaule, le contrat est de remplir les caisses et les salles du Musée de l'Homme, à Paris. Toutes les méthodes sont utilisées et c'est la première fois que sont révélées les exactions des « scientifiques » : intimidations sur les indigènes, vols dans les sanctuaires. La traversée de l'Afrique depuis Dakar jusqu'à Addis Ababa de 1931 à 1933, ne fut pas sans surprises…
Captivant, sans concession.

Céline Louis-Ferdinand – 1894 - 1961
« Voyage au bout de la nuit » - « Mort à Crédit » (Pléiade et poche)
Médecin à la Société des Nations puis à la ville de Pairs, antisémite, « collabo » lors de la deuxième guerre, jugé coupable à l'épuration...
Auteur maudit assurément, mais comme Wagner ou Heidegger, faut-il le rayer des listes ?.
Ces textes sont néanmoins à lire dans la joie tellement l'auteur exagère. Les situations dans lesquelles il se met en scène sont craquantes presque extravagantes et le style est inimitable. Je n'ai trouvé que quelques lignes racistes (elles sont de trop) dans ces pages. Le texte édité par Gallimard est celui d'origine, c'est-à-dire non censuré.
Vous penserez aux dialogues de Michel Audiard des « Tontons Flingueurs ».

Victor Ségalen – 1878 - 1919
« Les Immémoriaux » (poche)
Médecin de la marine nationale, Ségalen fait escale quelques mois à Papeete et y ouvre un cabinet médical pour soigner les indigènes. Il a des « relations très particulières » avec les femmes de la descendance de la famille royale des Pomaré.
C'est pendant ce séjour qu'il règle les funérailles de Gauguin et rédige ce poème en prose qui nous place au cœur de la société tahitienne au travers de la vie d'une jeune fille qui déchire son âme avec les marins du port.

Erich Fromm – 1900 - 1980
« L'art d'aimer »
Sujet difficile à traiter avec sérénité, cependant Erich Fromm, psychanalyste, y parvient avec brio. Il nous parle d'art de la vie.
On peut faire suivre cette lecture de « L'art de Jouir , « La sculpture de soi », « Théorie du corps amoureux » de Michel Onfray.
Ce titre sulfureux cache une manière sérieuse de conduire son existence dans la joie. « On aime quand il s'agit d'être, on veut accumuler, posséder, consommer quand il faudrait jubiler, aimer, jouir. »
Vous l'aurez compris, je suis un inconditionnel de Michel Onfray, même si les philosophes académiques, les appointés de l'Université, ne l'aiment pas.

Sénèque 4 av. J.C – 65 après J.C
« 
Apokoloquintose » (http://www.mediterranees.net/litterature/seneque/apokoloquintose.html – en téléchargement)
Il y a vingt siècle un grand auteur rédige un pamphlet – apokoloquintose : transformation en citrouille - en guise d'oraison funèbre du tyran – Claude, le boiteux ; d'où le verbe claudiquer - qui vient de mourir. La foule rie sous cape pendant la lecture, et nous aussi…

Chappe - 17 ?? - 17 ??
« 
Voyage en Sibérie » à Tobolsk en 1761 - (http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8620782c en téléchargement )
L'Abbé CHAPPE d’Auteroche, de l’Académie royale des Sciences (l'oncle de celui qui inventa le télégraphe) se rend en trois mois en Sibérie pour effectuer des mesures sur le passage de Vénus devant le Soleil. Les données scientifiques ne nous intéressent pas ici. Le voyages est très long et très rude, très coûteux, il faut des recommandations pour pénétrer dans les États successifs et les auberges sont rares et pauvres, les chemins toujours impraticables, la pluie, la neige, la glace et les mauvaises rencontre ponctuent le trajet. Les risques du dégel ont mis l'expédition en difficulté.
Désormais il faut quelques heures pour se rendre sur place. 250 ans nous séparent…

Barbara Glowcevsky - 1956 -
« Rêves en Colère » (Terre Humaine – Plon)
Anthropologue à l'EHESS-CNRS, Barbara Glowcevsky a effectué son « terrain » au début des années 1990 au nord-ouest de l'Australie. Elle est mariée à l'artiste aborigène Wayne Jowandi Barker, deux filles aujourd'hui âgées de plus de vingt ans sont nées du couple.
Je suis fasciné par ce peuple des déserts de l'Australie, son histoire et sa culture qui s'exprime sur les parois des grottes dans tout le pays et aussi en peinture sur toile. L'arrivée des européens en 1788 ? fut un désastre pour la population indigène qui est passée de 2,5 Millions à moins de 500 milles têtes. Le dernier Aborigène abattu comme un chien par un éleveur, c'était hier ,en 1970. Désormais c'est la police qui sévit et Barbara s'engage pour la défense de ses amis.
Vous pouvez faire sa connaissance aussi sur le site de l'EHESS où elle met en ligne certains de ses « ateliers ».
Une personne attachante et une production littéraire spécialisée accessible.

Lectures à suivre : Elkin  -  « Les Aborigènes Australiens » ; Gallimard NRF et Spencer et Gillen - « Arunta » ; téléchargement sur internet (en anglais) avec plus de 100 photos d'époque et bien sûr tous les ouvrages de Barbara Glowcevsky.

Montaigne – 1533 – 1593
« Les Essais » (version de Pernon)
Le texte de Montaigne a la réputation d'être difficile à comprendre en raison de sa rédaction en vieux français.
L'éditeur Aléa a effectué un effort de transcription cependant incomplet.
Guy de Pernon a mené ce travail à son terme. Les trois volumes des « Essais » sont disponibles en français moderne, des notes en bas de page et en marge du texte fournissent les compléments d'information attendus.
Le résultat est magique et Montaigne devient lumineux et maintenant lisible.
Je ne sais pas se qu'en pense Antoine Compagnon (Collège de France), le spécialiste national de l’œuvre de Montaigne, pour ma part c'est tout vu !
Vous pouvez demander les exemplaires des trois volumes sur le site :

http://www.ebooksgratuits.com/ebooks.php

Trinh Xuan Thuan – 1948 -
« Le Chaos et l'Harmonie – La fabrication du réel »
TXT est francophone né à Hanoï et enseigne l'astrophysique aux USA depuis 1976.

Il nous livre un texte merveilleux sur la nature, celle que l'on ne peut prendre dans ses mains et dont les connaissances proviennent uniquement de quelques photons captés par la lunette et le télescope. Tout le reste est intelligence et beauté de couleurs, de mouvements, d'explosions, de matières en transformation. L'observation astronomique rend modeste et nous montre la petitesse de l'homme dans un univers sans limites connues, aux phénomènes incommensurables et aux lois dont certaines preuves sont apportées par l'espace où les énergies mises en jeux dépassent les capacités de la terre, minuscule cailloux errant autour de nulle part. La part de l'homme dans tout cela ? Presque rien...fragile et son apparition (hominidés : 7 Ma avec Tumaï), c'était hier, sa disparition est certaine demain...ou après demain, rien ne presse : lol !

Ella Maillard – 1903 - 1997– « Oasis Interdits », Payot - 175
Peter Fleming – 1908 – 1974 - « Courrier de Tartarie », Payot - 79
En 1935, ils ont décidé d'unir leurs forces afin de traverser la Chine d'est en ouest alors que la piste est coupée par la guerre sino-japonaise et la région du Sinkiang interdite aux étrangers. Ils transgressent les interdits pour franchir les déserts, d'oasis en oasis, de yourtes en yourtes, sur des pistes impraticables, des guides parfois malveillants, avec des animaux de bât faméliques, qu'ils doivent parfois abandonner à cause de l'épuisement des bêtes. Les autorités sont surprises de les voir arriver à Kahgar en haillons, exténués, mais heureux. Les deux récits portent sur la même épopée et nous avons deux regards qui se complètent sur la nature, les hommes et le partenaire. Une belle écriture dans chaque cas avec une pointe d'humour pour Peter (le frère de Ian Fleming ; celui qui écrivit les « James Bonds »).
Les grands espaces et la vie dure des steppes vous montrera que notre vie est infiniment douce.

Vous pourrez compléter par « Le désert de Gobi ; carnet de voyage en Mongolie - 1993 » chez Autrement, hors série N°100, de Magali Schneider. L'auteure, une aventurière de notre génération (un peu plus jeune peut-être) parcoure le monde à pied entre ses vacations de kinésithérapie.

Puis « Lettres de voyages – 1923 - 1939 », chez Grasset, de Pierre Teilhard de Chardin – 1881-1955, l'homme qui étudia le sinanthrope ou « homme de Pékin » (homo faber).

Et les livres écrits par Alexandra David-Neel – 1868-1969 - « Voyage d'une parisienne à Lhassa- 1921 » qui marcha à travers toutes l'Asie pendant plus de vingt ans pour devenir la première femme à atteindre Lhassa alors interdite aux occidentaux. Sa maison de Digne peut encore être visitée vous y serez peut-être encore accueilli par sa secrétaire, désormais âgée de 86 ans ; Marie Madeleine Peyronnet, dite « la tortue », au tempérament bien trempé, comme sa défunte maîtresse.

Avec tous ces textes vous serez dépaysé et peut-être aurez-vous envie de découvrir le monde autrement.

Gao Xingjian – 1940
Réfugié à Paris depuis 1988.
« La Montagne de l'Âme » (Poche,Ed. de l'aube-46)
Imprégnez-vous des peintures à l'encre de chine de l'auteur avant d'ouvrir ce merveilleux texte et vous volerez vers les cimes de son âme, par 81 petits textes en forme de nouvelles. La passion semble absente, seules les sensations sur le corps et les relations simples et tendres avec les gens qu'ils rencontre dans sa pérégrination sans lieu, sans point de repère, sans géographie. On se sent bien en lisant, l'âme se repose des miasmes de la vie de tous les jours qu'alimentent des médias défaillants.

Vous ne me croyez pas ? .. Et bien, lisez-le...et reparlons-en !



Recherche
Recherche
Calendrier
NOTES DE LECTURE
Nous contacter
Texte à méditer :  

La lecture n’offre à l’homme aucune explication définitive sur son destin mais tisse un réseau serré de connivences entre la vie et lui. Infimes et secrètes connivences qui disent le paradoxal bonheur de vivre alors même qu’elles éclairent l’absurdité tragique de la vie…   Daniel Pennac

J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.