Vous êtes ici :   Accueil » Mille feuilles du 9 décembre 2016
 
MILLE FEUILLES
REPAS LITTÉRAIRES
POLARS DE NUIT

Mille Feuilles du vendredi 9 décembre 2016 à la bibliothèque de la MJC de PAYRIN

Deux dans Berlin de Richard Birkefeld et Göran Hachmeister
Berlin, hiver 1944-1945, un déporté allemand réussit à s’enfuir de Buchenwald à la faveur d’un bombardement et rejoint Berlin où il espère retrouver sa famille. Au même moment un policier de la Gestapo, de retour du front russe où il a été blessé, est chargé d’une enquête suite à une série de meurtres. Les deux hommes vont finalement croiser leur chemin dans la capitale du Reich agonisant sous les bombardements aériens alors que l’Armée rouge approche. Un récit haletant, une description très documentée des derniers moments de la guerre en Europe, une réflexion sur la responsabilité de tout un chacun dans cette immense tragédie.

La légèreté de Catherine Meuriss
Le 7 janvier 2015, une attaque terroriste massacre 11 collaborateurs du journal satirique Charlie Hebdo ; Catherine Meurisse échappe à la tuerie mais comment survivre à un tel drame ? Pour se reconstruire, elle utilise l’art, son moyen d’expression, plus particulièrement la bande dessinée. Elle y raconte son périple, sa thérapie grâce au théâtre, à la mer et un séjour à la Villa Médicis de Rome. Un exemple de volonté et d’optimisme (la légèreté c’est aussi le dessin). Le texte est enrichi de nombreux dessins et croquis à la manière des romans graphiques.

Les Bidochons, un jour au musée de Christian Binet (Bande dessinée apparue en 1977 dans la revue Fluide glacial)
Comment faire découvrir des toiles de maîtres dans un musée à Robert Eugène Louis Bidochon, fainéant, colérique, pleutre, lâche, vaniteux et borné selon son père et pas du tout porté vers l’art pictural ? C’est la gageure tenue par Raymonde Bidochon, née Galopin, aidée par les conservateurs des musées des Beaux Arts de Caen et de Lyon. Ils nous emmènent découvrir à travers un livre superbement illustré, des toiles de Gauguin, Monet, Valadon et d’autres. Un livre plein d’humour et aussi un ouvrage de vulgarisation dans le plus beau sens du terme.

Rosa Candida de Audur Ava Olafsdottir
Un jeune père quitte l’Islande et sa famille en emportant avec lui des plants de la rose pourpre à huit pétales qu’il cultivait avec sa mère. Sa fuite le mène dans une roseraie où il se lie d’amitié avec un moine alcoolique et grand cinéphile. Des moments cocasses, de la tendresse cachée dans tous les coins, on lit ce roman pas « ordinaire » comme un conte qui nous entraîne dans une une douce promenade.

Alors voilà, les 1001 vies des urgences de Baptiste BAULIEU
Un jeune interne passe l’hôpital au scanner, les plaies, les bosses, les bleus, le tragique, la laideur, la beauté… pour cela il se nourrit de situations bien réelles et nous les décrit avec force et beaucoup de sensibilité. Le livre est paru en format poche et pour ceux qui « surfent » sur le net, on peut suivre l’auteur sur le blog qu’il a crée et porte le même nom ( alorsvoila.com). une découverte !!!

Ada d’Antoine BELLO
L’histoire se déroule aux États-Unis dans la Silicon Valley, Ada est un robot doté de l’intelligence artificielle la plus élaborée possible, or elle a disparu… Le livre est construit comme un roman policier, c’est à la fois un avertissement sur les perspectives vertigineuses de l’avènement annoncé du règne des machines mais aussi une méditation sur les pouvoirs de la littérature. Un ouvrage à lire en parallèle avec les ouvrages des scientifiques sur le cerveau (par exemple, Joel de Rosnay).

Les intermittences de la mort de José SARAMAGO, dans un pays imaginaire, un événement plonge la population dans l’euphorie, plus personne ne meurt. Rapidement l’allégresse cède la place au désespoir et au chaos, le rêve d’immortalité se révèle n’être qu’une éternelle et douloureuse vieillesse. L’état et l’église sont menacés. Quelles solutions vont trouver les hommes ? Une lecture rendue étonnante par le style adopté par l’auteur, de longues phrases et très peu de ponctuations. Un livre étonnant.



Recherche
Recherche
Calendrier
NOTES DE LECTURE
Nous contacter
Texte à méditer :   "Chaque livre a une âme. L’âme de celui qui l’a écrit, et l’âme de ceux qui l’ont lu, ont vécu et rêvé avec lui." (L'ombre du vent)   Carlos Ruiz Zafon
J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.