Vous êtes ici :   Accueil » Conférence L'héroïsme des migrants
 
MILLE FEUILLES
REPAS LITTÉRAIRES
POLARS DE NUIT

CONFÉRENCE L’HÉROÏSME DES MIGRANTS D’HIER ET D’AUJOURD’HUI
Nicole Lapierre, sociologue anthropologue
Vendredi 5 mai 2017 - Mazamet

En préambule, Patricia Daussin de l’association jmlire qui est à l’origine de sa venue, la remercie d’être venue dans le sud du Tarn, preuve de son ouverture aux autres.
En introduction à la conférence elle-même et pour apporter un éclairage local au sujet, quelques renseignements sur les mouvements de population dans la vallée du Thoré ayant eu lieu dans l’histoire pour 4 communes, Aussillon, Labastide Rouairoux, Mazamet et Saint Amans Valtoret sont présentés. Espagnols, Portugais, Algériens, Marocains, Turcs et Maorais entre autres y sont mentionnés. Cela n’empêche pas la réflexion suivante d’apparaître : qu’est ce qu’un étranger ?. Plus de détails sur le site de : filoh.com, webzine qui a pour sujet : La vallée du Thoré.

Après un petit rappel du contexte politique dans lequel a lieu cette conférence (deux jours avant l’élection d’un nouveau président de la République en France), la conférencière propose d’aborder son sujet à l’aide de trois idées, à savoir, peut-on faire un rapprochement entre les migrants d’hier et d’aujourd’hui ?, puis elle abordera la nécessité de changer de regard vis-à-vis des migrants afin non plus de les prendre seulement pour des victimes mais aussi comme des héros, enfin tenir compte de l’intérêt et de la pertinence du regard porté par eux sur nos sociétés.

Premier point : même si les différences de contexte, d’âge, de culture et de causes des départs, les migrants quels qu’ils soient ont en commun une expérience humaine qui les réunit.

Ensuite, sans critiquer aucunement les personnes et associations qui leur portent secours, il faut voir en eux des « aventureux », acteurs de leur histoire, fort de leur courage et volonté de forcer l’avenir. Ils mériteraient d’être mieux compris si les récits de leurs odyssées étaient pris en compte.

Enfin, il ne faut pas négligez les vertus du déplacement qui rend l’acuité du regard plus pertinente. N’ayant pas de pensées « d’habitude » leur clairvoyance et leur esprit critique peut être utile à ceux qui les voient arriver. De plus chaque nouvelle vague renouvelle la vision de notre monde.

En lisant son livre : Sauve qui peut la vie, vous trouverez plus de développement à ce message de solidarité et d’espoir. Elle dit « l’urgence de l’heure n’est pas celle des horloges. C’est celle d’un passé plein d’à-présent qui invite à la relève des générations. Mémoire partagée et main tendue d’un même mouvement, nous pouvons refuser le plomb et l’ombre ». La lecture de ses autres essais, Changer de nom, Pensons ailleurs… plairont aux amateurs de sociologie mémorielle et identitaire.

La conférence a été suivie d’une longue intervention du public, il a été question de migrants italiens, chinois, syriens… Les associations présentes qui ont bien voulu apporter leur contribution ont pu le faire, Cimade, Aide aux devoirs, Conseil citoyen…ainsi qu’élus et simples citoyens y ont participé.


Précédent  
  Suivant

Recherche
Recherche
Calendrier
NOTES DE LECTURE
Nous contacter
Texte à méditer :   "quand on ne voit plus le soleil, il faut croire qu'il existe" (Je veux croire au soleil)   Jacques. SEMELIN
J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.