Vous êtes ici :   Accueil » Mille feuilles du 5 mai 2017
 
MILLE FEUILLES
REPAS LITTÉRAIRES
POLARS DE NUIT

Vendredi 5 Mai 2017 - Médiathèque de MAZAMET
MILLE FEUILLE
S exceptionnel
en présence de Nicole LAPIERRE et d'
Éliane SERDAN
Thème : La littérature de l’Exil

Une douzaine de titres proposés par des lecteurs et des auditeurs nombreux (une trentaine), des témoignages personnels souvent émouvants notamment à propos du sort réservé à la population juive en France pendant la seconde guerre mondiale.


Nicole Lapierre, sociologue anthropologue venue présenter son livre : « Sauve qui peut la vie » prix Médicis essai en 2015, elle dit elle-même : « J’aimerais que ce livre écrit sur fond de drames passés, collectifs et privés soit une lecture revigorante, une sorte de fortifiant pour résister au mauvais temps qui passe ». Elle y parle des migrants comme des aventureux des temps modernes. Elle y parle de son père juif polonais qui devient médecin en France et doit changer de nom à l’époque du régime de Vichy. Lors de la conférence prévue le soir même elle développera le sujet de l’héroïsme des migrants.


Éliane SERDAN, lauréate du prix de la littérature de l’exil, insiste sur la douleur de l’exil, lorsqu’on n’a plus de pays puisque les personnes rencontrées dans le pays d’arrivée, disent « vous n’êtes pas d’ici ». Elle se sent porteuse de la mémoire ancestrale qui pleure Smyrne, la Turquie, car effet, comment retrouver l’exacte couleur d’un crépuscule ? Il reste le regard décalé, qui stimule la pensée, porté par ceux qui sont à la fois à l’intérieur et à l’extérieur d’un pays.


Pour parler de l’exil et connaître le sens exact des mots : Exilé, Migrant, Émigré, Immigré, Clandestin… se reporter à la revue Textes et documents pour la classe (numéro 1105 septembre 2016) intitulé Quitter son pays, on y trouve des articles entre autres sur la poésie et le cinéma de l’exil. Cette revue est disponible à la médiathèque de Castres.


Dany LAFERRIERE lui aussi raconte l’exil dans deux ouvrages : Le cri des oiseaux fous, d’abord, où il narre sa nuit d’errance avant son départ d’Haïti, une nuit de tous les dangers, de la peur de l’inconnu. Jeune journaliste, il doit fuir la dictature de François Duvallier, il part au Canada. Dans L’énigme du retour (prix Médicis en 2009), il fait part de ses sentiments 33 ans après son départ. Il retrouve sa mère et se demande dans un texte poétique à quelle destinée est promis son pays ?


Pierrette FLEUTIAUX dans Destiny, relate la rencontre dans le métro parisien de deux femmes, l’une est blanche, jeune grand mère et vit de façon aisée, l’autre est jeune, noire, enceinte et démunie. Entre rapprochement et malentendus c’est l’histoire d’une aide, où se heurtent les différences de culture et la difficulté de trouver un équilibre entre charité et respect de la dignité.


Gaelle JOSSE : Le dernier gardien d’Ellis Island. John Mitchell raconte ses souvenirs, ceux des années passées en tant que directeur du centre, qui va fermer ses portes, celui où les immigrants devaient passer avant de pouvoir entrer sur le sol des États-Unis. (1892-1954). A travers ce récit résonne une histoire d’exil, de transgression, de passion amoureuse.


Doan BUI et Isabelle MONNIN : Ils sont devenus français. Cet essai est le résultat d’une année d’enquête de deux journalistes dans les archives nationales. On y apprend grâce à des témoignages documentés et émouvants les naturalisations des ancêtres de beaucoup de personnes célèbres en France, AZNAVOUR, COLUCHE, DRUCKER, FERRAT, MONTAND, UDERZO, VARTAN, ZITRONE, pour n’en citer que quelque uns. Au gré des bouleversements historiques du XX ° siècle, ces naturalisations forment une véritable aventure collective.


Evelyn MESQUITA : La Nueve. Ce sont des soldats espagnols de la 9e compagnie de la 2eDB qui ont libéré Paris en 1944, or ils ont été oubliés par l’Histoire, depuis peu un petit jardin parisien témoigne de leurs sacrifice. Qui étaient-ils ? Pourquoi les avoir laissés dans l’ombre ? Cet ouvrage leur rend enfin hommage.


Mathias ENARD : Rue des voleurs. Le lauréat du prix Goncourt pour son livre Boussole, a publié en 2012 l’histoire romancée d’un jeune marocain qui se retrouve en exil d’abord dans son propre pays puis en Espagne. Il est témoin des printemps arabes mais aussi de la révolte des indignés espagnols. Pour découvrir le sort que l’auteur lui accorde, vous serez d'abord émus par la poésie arabe, le destin d'Ibn Batouta, voyageur du XIV° siècle, puis découvrirez la religion musulmane telle qu’elle est pratiquée par la presque totalité des islamiques, et surtout vous aurez une autre vision de ce qu’est être un migrant.


OVIDE : Les Tristes. Ce poète est né en Italie au Ier siècle avant notre ère et mort en 17 ou 18 après JC, loin de son pays natal. Ovide est connu surtout pour les textes intitulés Les Métamorphoses, l’Art d’Aimer… L’empereur Auguste le condamne à l’exil sur les bords de la mer Noire, c’est donc un migrant d’hier, qui connaît les mêmes angoisses et tourments que ceux d’aujourd’hui. Dans cet exil, il pose une question fondamentale : comment conserver son identité culturelle quand on doit parler une autre langue ? Comme pour tous les exilés il est question de déculturation- acculturation, intégration-assimilation.


FLAUBERT : Madame Bovary. Dans ce roman célèbre, il s’agit aussi d’ exil, mais intérieur celui là. Emma rêve sa vie et se heurte aux hommes de son entourage, on peut la voir comme une femme incomprise qui s'embarque dans une histoire sans retour qui l’entraîne vers le suicide. Voici le jugement d'un lecteur qui en fait une femme libre et moderne. A voir de vous faire votre opinion en lisant ou relisant ce classique de la littérature française.


Pendant cette séance on a évoqué aussi le sort des espagnols républicains arrivés à Mazamet en 1936 et mal accueillis sauf exception (Albert Vidal). Celui des enfants juifs cachés sous de faux noms dans les établissements scolaires de la ville. En fait dans presque toutes les familles il y a des personnes venues d'ailleurs et la mondialisation généralisée fait de nous tous des migrants potentiels.
Pour finir, deux revues sur le même thème :
Télérama : La méditerranée c'est notre histoire et Clichés de vie de l'Armée du salut.

N'hésitez pas à nous communiquer à l'adresse jmlire81@gmail.com, d'autres suggestions de lectures.



Recherche
Recherche
Calendrier
NOTES DE LECTURE
Nous contacter
Texte à méditer :  

La lecture n’offre à l’homme aucune explication définitive sur son destin mais tisse un réseau serré de connivences entre la vie et lui. Infimes et secrètes connivences qui disent le paradoxal bonheur de vivre alors même qu’elles éclairent l’absurdité tragique de la vie…   Daniel Pennac

J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.