Vous êtes ici :   Accueil » Mille feuilles du 8 décembre 2017
 
MILLE FEUILLES
REPAS LITTÉRAIRES
POLARS DE NUIT

MILLE FEUILLES PAYRIN

8 DÉCEMBRE 2017

Pour ce rendez vous annuel, un choix de livres et d’auteurs très varié.

Une fille dans la jungle de Delphine COULIN : L’auteur est réalisatrice de courts métrages sur Arte. Elle choisit de nous parler de 6 adolescents qui ont décidé de ne pas quitter la « jungle » de Calais au moment de son démantèlement. Sales, affamés, harcelés, rackettés ils ne renoncent pas à leur rêve : l’Angleterre. Ce récit, mi documentaire, mi fiction saura vous émouvoir et vous captiver.

Le miracle Spinoza de Fréderic LENOIR : Voici mise à notre portée la pensée philosophique de Spinoza sur la religion, la politique, la morale, la psychologie. Grâce à la sagesse, la raison, la profonde connaissance de soi, nous pouvons atteindre une grande liberté qui nous conduit à la joie infinie que Spinoza appelle la « béatitude ».

Je dirai malgré tout que cette vie fût belle de Jean d’ORMESSON. Le ton faussement léger et désinvolte de ce livre écrit juste deux ans avant son départ est un écrit-testament, une sorte de bilan sans amertume ni aigreur, parfois teinté de nostalgie, celle d’une vie tissée de bonheurs, de chagrins, de regrets, d’amitiés et d’inimitiés mais aussi de réflexions sur la finitude humaine, la présence divine, l’éternité, la lumière et le temps. Pour ne rien gâter, mille anecdotes pleines d’humour font de ce livre, nous dit Dominique Bona, « celui qu’il faut avoir dans sa bibliothèque » si on ne doit en posséder qu’un de Jean d’Ormesson.

Les couleurs de nos souvenirs et Une couleur ne vient jamais seule, de Michel PASTOUREAU : Historien médiéviste, l’auteur retrace l’histoire des couleurs de 1950 à 2017. Dans l’un des ouvrages on avance par thème, le sport, la vie quotidienne, les mythes et symboles, dans le second on découvre sous forme d’un journal un monde de plus en plus coloré, jusqu’à se poser la question suivante, quel rôle à la couleur dans notre mémoire et notre imagination ? Deux livres agréables à lire, tout comme les précédents du même auteur : Le Bleu, le Rouge, le Vert, le Noir. De beaux cadeaux pour les fêtes.

L’œuvre d’Octave MIRBEAU (1848-1917) Cet écrivain, critique d’art, défenseur de Dreyfus, est l’auteur du Journal d’une femme de chambre, de Sébastien Roch, du Jardin des supplices, de l’Abbé Jules, entre autres. Injustement oublié, il a été une personnalité fascinante de la Belle Époque, par son côté individualiste et libertaire. Zola a dit de lui « c’est un justificateur qui a donné son cœur aux misérables et aux souffrants de ce monde ». Grâce à ses articles Paul Gauguin pourra payer son voyage pour Tahiti. Cette année est celle du centenaire de sa mort, c’est une bonne occasion de le redécouvrir.

Le rouge vif de la rhubarbe d’Audur Ava OLAFSDOTTIR : Il s’agit du premier roman de cette Islandaise dont nous avons déjà commenté les ouvrages. On retrouve dans ce petit livre l’évocation du merveilleux qui parsème la vie ordinaire de ses personnages d’autant plus attachants qu’ils affrontent une destinée chaotique. Cette lecture vous fera découvrir grâce à Augustina, l’embellie des nuits polaires, sa drôlerie ouvrira pour vous une fenêtre pour voir l’au-delà. Une lecture qui fait du bien.

-----Bonjour tristesse et Je ne renie rien de Françoise SAGAN  (1935-2004) de son vrai nom , Françoise Quirez. Bonjour tristesse est un livre « phénomène » car l’étude de la nature humaine suggérée par des allusions, empreinte de beaucoup de réalisme et de mélancolie est relatée par une jeune fille de 18 ans, Françoise Sagan, il a de suite un énorme succès. L’auteur, femme libre et impertinente livre dans une série d’interviews passées entre 1954 et 1992, ses souvenirs dénués de regrets. Un auteur à découvrir ou redécouvrir.

Bakhita de Véronique OLMI : C’est un récit librement inspiré d’une histoire vraie, celle de Joséphine Bakhita, une jeune esclave soudanaise née vers 1869, enlevée à l’âge de 7 ans, devenue ensuite religieuse à Venise et canonisée en l’an 2000. Ce récit plein de rythme est limpide et envoûtant, il permet de s’évader sur les traces de cette femme porteuse d’un immense amour qui l’a portée toujours du côté de la vie. Un destin bouleversant.

L’ordre du jour d’Eric VUILLARD. Ce roman a reçu le prix Goncourt 2017. C’est d’abord le récit du soutien reçu par Hitler et les nazis de la part du grand capital allemand : avec les nazis au pouvoir les affaires seront bien meilleures, même si cela signifie la fin des libertés les plus élémentaires, notamment pour les travailleurs. Ces entreprises, qui ont toujours pignon sur rue et qui sont les fleurons de l’industrie allemande d’aujourd’hui, utiliseront les services des déportés des camps de concentration comme des esclaves, cela sans aucun état d’âme. Business is business, cela n’a, hélas, pas changé ! C’est aussi le récit du bluff réalisé par Hitler dans les débuts de sa cynique conquête territoriale, devant une Europe occidentale, France, Royaume Uni, littéralement tétanisée.

La Grande Guerre : le premier jour de la Bataille de la Somme de Joe SACCO. Le 1er août 1916, les troupes britanniques et de l’ensemble du Commonwealth se lancent à l’assaut des tranchées allemandes après un formidable bombardement. Rien ne se passe comme prévu et c’est l’hécatombe parmi les assaillants. Joe Sacco a repris la technique de la frise de la Reine Mathilde décrivant la conquête de l’Angleterre : des planches dessinées décrivent, heure par heure la plus sanglante bataille de l’histoire britannique. Un livret apporte des explications à cette frise de 7m de long lorsqu’elle est dépliée. A voir et à lire.



Recherche
Recherche
Calendrier
NOTES DE LECTURE
Nous contacter
Texte à méditer :   La littérature , c’est du chagrin dominé par la grammaire.   Jean d'Ormesson
J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.