Vous êtes ici :   Accueil » Repas littéraire - 4 juillet 2012
 
MILLE FEUILLES
REPAS LITTÉRAIRES
POLARS DE NUIT

Repas littéraire au Fourchat le jeudi 4 juillet 2013

Thème : la valise de l’été

En apéritif littéraire, deux petits textes extraits l’un de « l’écume des jours » de B. VIAN : la recette de  « l’andouillon que l’on écorche malgré ses cris »

L’autre : les conseils de MONTAIGNE sur l’ivresse ; « Platon pardonne à ceux qui ont passé quarante ans de s’y plaire, Dionysos redonne aux hommes la gaité »

Antoine COMPAGNON - « Un été avec Montaigne »

40 petits textes nous invitent à découvrir l’univers décrit par l’auteur (amitié, mémoire, livres….) Ce petit livre se déguste au gré des intérêts de chacun et l’humour de l’auteur le rend « rafraîchissant »

Antonio MUNOZ MOLINA - « Cordoue des Omeyyades »

C’est la rencontre d’un regard passionné et d’une ville. Le regard est celui d’un « grand écrivain »,la ville c’est celle qui pendant plusieurs siècles a servi de « pont » entre l’orient et l’occident. Ce livre laisse une empreinte profonde.

Franz-Olivier. GIESBERT – « La cuisinière d’Himmler »

L’épopée drolatique d’une cuisinière qui n’a peur de rien. Elle franchit le siècle sans rien perdre de sa joie de vivre. L’art de visiter l’histoire avec humour.

Emmanuelle GUATTARI – « La petite Borde »

Roman autobiographique, Emmanuelle Guattari nous parle de la clinique psychiatrique que son père Félix Guattari, psychanalyste et philosophe codirigea jusqu'en 1992 et où elle vivait parmi les patients. Elle évoque avec tendresse son enfance passée dans ce lieu extraordinaire où les journées se déroulent sous le signe d'une certaine fantaisie.

Alexandre POSTEL – « L’homme effacé »

Prix Goncourt du premier roman 2013.

Damien North est professeur de philosophie dans une université, il mène une vie triste et solitaire jusqu’au jour où la police vient l’arrêter pour utilisations d’images pédophiles via internet. Un terrible engrenage commence…L’auteur décrit la fable des convenances sociales, les masques affables sous lesquels se cachent le pouvoir, la jalousie ou le désir de nuire et les dérives d’une société aux prises de la fascination des images.

Chaïm POTOK – « Je m’appelle Asher Lev »

Ce roman à résonance autobiographique montre les aspirations et le parcours difficile d’un génie artistique confronté aux traditions culturelles et spirituelles de son milieu. Un destin hors du commun.

Dès l'enfance, Asher Lev dessine comme il respire. Ce n'est pas au goût de son père, qui ne peut supporter de voir son unique fils s'écarter de la tradition religieuse pour se livrer aux sottises de l'art. Heureusement pour le jeune homme, le grand Rèbbe, dont la toute-puissance spirituelle règne sur la communauté juive hassidique de Brooklyn, le comprend. Il s'incline devant ce destin exceptionnel et confie Asher au célèbre peintre Jacob Kahn qui devient son maître et lui révèle le monde prodigieux de l'art. Banni par les siens, Asher Lev abandonne alors la foi pour accéder aux merveilles de la création. Un roman magistral sur les affres du génie artistique, bien souvent synonyme de déchirements culturels, spirituels et intimes...

Jeanne BENAMEUR – « Les insurrections singulières »

Antoine, jeune ouvrier à Florange, flotte dans sa peau et son identité à la recherche d'une place dans le monde. L’auteur nous entraîne dans un voyage initiatique au Brésil. C’est une ode à l’élan de vivre, une invitation à chercher la liberté auprès des autres… parce que les révolutions sont d’abord intérieures et parce que "on n'a pas l'éternité devant nous… Juste la vie".

Li KUNWU – « Les pieds bandés »

Coup de cœur du magazine Chineplus, c’est un one-shot sur la coutume chinoise des pieds bandés (Dans le domaine de la bande dessinée, un one-shot, anglicisme signifiant littéralement « un coup », est une publication dont la trame se résout en un seul volume. Les one-shots permettent de raconter une histoire courte qui ne s'intègrerait pas dans une série)

Ce récit raconte comment une jeune fille, Chun Xiou, est forcée de se bander les pieds suivant la tradition, et la torture que cela représente. Mais le calvaire ne s'arrête pas là, car avec la révolution elle va devoir supporter la pression d'une nouvelle société qui rejette toutes ses anciennes coutumes.



Recherche
Recherche
Calendrier
NOTES DE LECTURE
Nous contacter
Texte à méditer :   "Chaque livre a une âme. L’âme de celui qui l’a écrit, et l’âme de ceux qui l’ont lu, ont vécu et rêvé avec lui." (L'ombre du vent)   Carlos Ruiz Zafon
J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.