Vous êtes ici :   Accueil » Mille feuilles Aussillon le 13 avril 2018
 
MILLE FEUILLES
REPAS LITTÉRAIRES
POLARS DE NUIT

LA SUPERSTITION

MILLE FEUILLES MÉDIATHÈQUE AUSSILLON

13 AVRIL 2018

Ce thème est en rapport avec la date bien sûr. A ce propos voici quelques précisions et informations sur ce sujet. Les croyances que la raison dément sont universelles et datent de la nuit des temps, mêlant tradition populaire, imaginaire fantastique et sagesse face à la nature, malgré les progrès scientifiques, elles n’ont pas disparues des pensées des hommes d’aujourd’hui, la preuve en est l’engouement de l’astrologie. VOLTAIRE disait « La superstition est à la religion ce que l’astrologie est à l’astronomie, la fille très folle d’une mère très sage ». Beaucoup d’informations sont disponibles en consultant internet, certaines amusantes par exemple sur le site : topico.

Petit bonus après les 11 ouvrages cités, le texte écrit pour la circonstance par Gérard BASTIDE.

E MOZZANI : Histoire des superstitions, mythes, croyances et légendes. Ce gros ouvrage de la collection Bouquins édité par Laffont est le dictionnaire le plus complet sur le sujet, ouvrez le au hasard et vous découvrirez un mot qui semble vous être destiné !!!


Christian LEFEBURE : La France des croyances et des superstitions est un bel ouvrage illustré de photographies en couleur prises dans divers lieu du pays.


Brigitte Bulard Cordeau : Magie de nos terroirs décrypte certains lieux du Tarn


MICHELET : La sorcière, roman qui décrit les maux causés par l’inquisition et le sort réservé aux sorcières. Peut être le premier écrit féministe.


De natura rerum de LUCRECE est un traité sur la nature écrit au premier siècle avant JC.


Daniel PORTE dans un ouvrage largement illustré raconte les fêtes romaines antiques décrites par Ovide.


Chistian JACQ : Le tueur du vendredi 13. Un roman policier qui fournit plein de pistes sur l’origine des superstitions liées au vendredi 13 (la triskaidekaphobie)


Georges SAND : La mare au diable. Ce roman est une ode à la campagne du Berry et aux travaux des champs. Écrit en 1846, ce livre est toujours d’une lecture très agréable.


Dino BUZZATI : Nouvelles oubliées. 10 nouvelles posthumes toutes pleines de suspens.


Elsa ROCH : Ce qui se dit la nuit. Roman policier où l’on rencontre des guérisseuses et des sorcières.


VOLTAIRE : Candide (le chapitre 6 raconte les pratiques occultes en cours au 18ème siècle)


Histoires extraordinaires d’Edgar POE : attention au chat noir qui vous fera frémir !!!


Le grand et le petit ALBERT : Traité ésotérique longtemps conservé secrètement dans certaines maisons…

superstition...

…vient du latin superstitio, qui l'eût cru ? Lui-même dérivé de superstare : La superstition, superstar ! Il est vrai que la superstition est pas mal en vedette ces temps-ci. Superstare signifie ce qui se tient au dessus, ce qui surnage, ce qui subsiste... après quoi ? après toutes les inquisitions, la destruction des idoles, les bûchers, les procès en sorcellerie, après toutes les tentatives d'éradication de la part de la religion dominante pardi.

Si l'on cherche une définition de la superstition, on trouve "croyance irrationnelle" Ah bon ? Il y aurait-il donc des croyances rationnelles ? Une croyance par définition est quelque chose de personnel, de subjectif, parfois associé à un groupe culturel, en tout cas pas du tout scientifique. La croyance s'oppose à la raison. Croyance irrationnelle est un pléonasme. Une croyance rationnelle est un oxymore. Superstition est un terme nettement péjoratif. Il traîne avec lui un délit de sale gueule. Superstition renvoie immanquablement à l'obscurantisme, si possible moyenâgeux. Comme si le Moyen-âge n'avait pas vu fleurir en Europe toutes ces cathédrales, en même temps que les troubadours, l'amour courtois, les deux François, Villon et Rabelais. Superstition fait écho à obscurantisme, ou mieux encore paganisme. Avec l'anathème "superstition" on renvoie dans les cordes tous les tenants des anciens cultes, des premiers rites, de tous les polythéismes.

Pourtant les mythes grecs, ça vous a une autre gueule que le concile de Latran. Et le Kama Sutra a plus d'attraits que la vie édifiante de la petite Bernadette Soubirous.

Moi je dis vivent les superstitions. On a tous besoin de rites personnels, ça aide à se structurer. Tenez, moi tous les matins, je commence invariablement par des tartines beurrées. Et je ne me chausse jamais sans au préalable avoir enfilé mes chaussettes. Je ne vais jamais sous la douche sans m'être déshabillé auparavant. C'est comme ça. Et puis la superstition n'a jamais fait de tort à personne. Essayez donc d'écraser un chat noir sur votre route tout en croisant les doigts d'une main et en touchant du bois de l'autre. Si vous y parvenez, vous me tiendrez au courant. Au fait, le vendredi treize, treize à table, vous croyez peut-être que c'est à cause de la dernière scène de l'acte IV, de la Cène. Pas du tout. C'est parce que c'est vachement difficile de couper un gâteau en 13. Et si vous persistez à coincer sur le chiffre treize, c'est parce que vous êtes tout simplement atteint de triskaïdékaphobie, la phobie du chiffre 13. Retenez bien ce mot et vous allez cartonner au Scrabble. J'arrête ma petite chronique car on risque de m'accuser de mauvais esprit. Mauvais esprit, ce serait un comble pour des gens qui ne croient pas à la superstition...   Si vous ne partagez pas ce texte avec dix personnes avant minuit, vos dents tomberont, vous perdrez au loto, vous serez renversé par un parapluie et écrasé par une échelle.



Recherche
Recherche
Calendrier
NOTES DE LECTURE
Nous contacter
Texte à méditer :   "quand on ne voit plus le soleil, il faut croire qu'il existe" (Je veux croire au soleil)   Jacques. SEMELIN
J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.