Vous êtes ici :   Accueil » Blog
 
MILLE FEUILLES
CAFÉS LITTÉRAIRES
Recherche
Recherche
REPAS LITTÉRAIRES
Calendrier
NOTES DE LECTURE
POLARS DE NUIT
Nous contacter
SALONS "DÉLIRE DE LIRE"

 ↑  
ARCHIVES
Texte à méditer :  

La normalité est une route pavée : on y marche aisément mais les fleurs n'y poussent pas.   Vincent Van Gogh

Blog
Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 1 page suivanteSuivantFin
Crénon, Baudelaire ! De Jean Teulé  -  par Jean_Luc

Nous savions depuis nos années lycée, grâce à messieurs Lagarde et Michard, que le citoyen Baudelaire n'était pas un personnage fréquentable (ceci est une litote). Nos braves professeurs, pour protéger nos chastes et juvéniles oreilles, ne s'étaient pas appesantis sur les détails de cette vie dissolue. Nous étions donc restés sur notre faim (ceci est une métaphore). Jean Teulé vient enfin de satisfaire notre appétit (métaphore filée). Il nous décrit minutieusement dans un style cru de chez cru (lectrices et lecteurs pudibonds passez votre chemin), les turpitudes de cet adolescent attardé, révolté, provocateur, narcissique, masochiste, sadique, autodestructeur, drogué dès le petit-déjeuner...

Si vous craignez de sombrer dans l'océan de morosité actuel (encore une), précipitez-vous chez votre psy préféré et exigez qu'il vous prescrive ce vaccin contre la déprime (non remboursé malheureusement par la Sécurité Sociale), efficace à plus de 90 %, mais attention aux effets secondaires !

Publié le 11/11/2020 12:30  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
L’aube à Birkenau, de Simone Veil (Les Arènes 2019)  -  par Michele
David Teboul a consacré un documentaire à Simone Veil dès les années 1990. Au fil du temps, une amitié très forte s’est nouée entre eux. Il a enregistré plus de quarante heures d’entretiens. Le document comprend 200 pages de récit de Simone Veil sur son enfance, sa déportation, son retour des camps et l’impact de ces événements sur son parcours personnel et sa vie politique. S’y ajoutent 100 pages de dialogues entre elle et sa sœur Denise, déportée en tant que résistante, et deux camarades de déportation. Des photos complètent ce témoignage. Un hommage vibrant pour une femme extraordinaire.  
Publié le 10/11/2020 19:04  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
La rafle des notables, Anne Sinclair (Grasset 2020)  -  par Michele
Un récit personnel qui s’inscrit dans l’histoire, pour ne pas oublier l’horreur nazie.Anne Sinclair raconte comment son grand-père paternel Léonce Schwartz a échappé de peu à la déportation  en 1942. Prenant conscience du temps qui passe, elle décide d’écrire « cette histoire qui la hante depuis l’enfance ». En décembre 1941, 743 juifs français, parfaitement intégrés depuis plusieurs générations pour nombre d’entre eux, sont arrêtés par les Allemands et conduits au camp de concentration de Compiègne, géré par l’administration allemande. Ce sont des écrivains, des magistrats, des avocats, des médecins, des chefs d’entreprise, des commerçants auxquels s’ajoutent 300 juifs étrangers déjà prisonniers à Drancy. Les conditions de vie sont épouvantables, nourriture infecte et insuffisante, conditions d’hygiène déplorables, froid intense, maladies et absence de soins. Les prisonniers comprennent très vite que le but des nazis est de les tuer en les déshumanisant. Malgré l’entraide, beaucoup succombent rapidement. Le grand-père d’Anne Sinclair, très malade, est transféré à l’Hôpital-du-Val-de-Grâce d’où sa femme réussit à le faire sortir. En mars 1942, les prisonniers partent pour Auschwitz, c’est le premier convoi de déportés vers les camps d’extermination. Ils seront gazés à l’arrivée.
Publié le 10/11/2020 18:33  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Anne LINDBERGER : Solitude face à la mer (Livre contemporain 1956)  -  par Marie_Therese

Un livre ancien retrouvé dans la bibliothèque. Une écrivaine fait une « pause », laissant travail et famille, elle part au bord de la mer où elle trouve le repos, la beauté , une solitude pacifiante et propice à la réflexion. «  Patience, foi, ouverture du cœur et de l’esprit…voilà ce que nous enseigne la mer…et il y a d’autres plages à explorer, d’autres coquillages à trouver ». A méditer en période de confinement.

Publié le 10/11/2020 17:35  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Tiffany MC DONALD : Betty  -  par Patricia

C’est l’histoire romancée de la mère de l’auteur, racontée avec beaucoup de poésie où le tragique côtoie le merveilleux. Comment supporter les blessures subies quand on est une petite fille métisse dans l’Amérique profonde des années soixante ? quand on vit en marge avec ses 7 frères et sœurs ? Peut-être en écrivant ses peines et ses joies et en les enfermant dans des bocaux, en apprenant les secrets de la culture cherokee que son père lui donne à chaque événement de leur vie. Un livre dont n’a pas fini d’entendre parler.

Publié le 10/11/2020 17:32  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Laurent PETITMANGIN : Ce qu’il faut de nuit (Manufacture des livres)  -  par Patricia

Fus et Gillou au décès de leur mère n’ont plus que leur père pour les éduquer et les faire « entrer » dans la vie. Leur univers c’est la Lorraine meurtrie par la crise économique, le travail de cheminot du père et l’école avec les espoirs de réussite qu’elle suscite. Mais on ne grandit pas de la même façon, on ne fait pas les mêmes choix… L’amour entre le père et ses fils, entre les deux frères sera-t-il plus fort que les aléas de la vie ? Un roman plein d’humanité qui fait réfléchir.

Publié le 10/11/2020 17:31  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
L’été où je suis devenue vieille, par Isabelle de Courtivron (L’Iconoclaste 2020)  -  par Michele
L’auteur relate avec humour et sincérité son passage vers la vieillesse. Universitaire et féministe engagée dans sa jeunesse, elle ne se reconnait plus dans le monde actuel. Elle  parle de sa jeunesse, de sa vie et de ses expériences. Teinté de mélancolie, c’est un livre réaliste, sans fard sur un sujet qui nous concerne tous. Un livre utile pour aborder et accepter avec lucidité cet âge de la vie qui recèle de bons moments… qu’il faut apprendre à savourer.
Publié le 10/11/2020 12:48  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Sonia Delaunay, la vie magnifique, par Sophie Chauveau (Tallandier 2019)  -  par Michele
Ce livre nous plonge dans la vie mouvementée des Delaunay,  Sonia et Robert, tous deux artistes d’avant-garde dans un  XXe siècle riche en révolutions artistiques et picturales. Sonia et Robert  sont à l’origine de la peinture abstraite. D’un caractère affirmé, Sonia est une artiste visionnaire, très en avance sur son temps. Peintre mais aussi décoratrice, inventive, elle crée des collections d’objets quotidiens, beaux et modernes, des tissus, des meubles, des vêtements. C’est elle qui « fait bouillir la marmite ».  Le couple fréquente les nombreux artistes qui vivent à Paris, les poètes, Apollinaire, Cendrars,  puis plus tard Tzara, Aragon, les peintres russes et allemands, les musiciens… Ils s’inventent une vie généreuse et joyeuse malgré les guerres et les révolutions.  Les deux artistes exposent ensemble mais Robert Delaunay est reconnu bien avant Sonia qui s’efface souvent derrière son mari. Robert décède à 56 ans en 1941 et Sonia lui survivra presque 40 ans. Elle vit toujours pour son art et pour faire connaitre l’œuvre de son mari mais sera reconnue à son tour comme une artiste exceptionnelle. Elle décède à 94 ans en 1979. Passionnant et riche en anecdotes !
Publié le 10/11/2020 12:00  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
"De bonnes raisons pour mourir" de Morgan Audic.  -  par Anne

L'auteur plante le décor dans le triste et célèbre site de Tchernobyl qui fut le théâtre d'un événement historique en 1986 d'une portée internationale effrayante, lequel allait bien avant la Covid révéler la fragilité de notre monde, frapper nos consciences des inconséquences de l'homme dit "moderne" ; les mensonges des médiats et des hommes politiques.
Bienvenue dans le monde des horreurs, dans l'univers impitoyable des compromis, des contrats, des
traîtres, du pouvoir encore vivace des militaires ou des politiques de l'ex- U R S S.
Beaucoup de sang versé, des scènes violentes et atroces ; bref, âmes sensibles s'abstenir ; ça secoue pas mal !
L'auteur va tenter de nous expliquer pourquoi un cadavre atrocement mutilé est suspendu à la façade d'un immeuble, alors que quelques années plus tôt un meurtre similaire a eu lieu la nuit même où la centrale de
Tchernobyl a explosé.
Deux enquêteurs travaillent sur l'affaire, l'un à titre privé, l'autre dans le cadre professionnel. Le tueur signe toujours son crime en laissant en vue une hirondelle empaillée.
Ce roman de stature hors norme, livre énormément de choses sur la vie actuelle à proximité de
Tchernobyl.
Près de 600 pages bien documentées; le texte se lit aisément alternant dialogues et récit ; actions et réflexions. Une écriture vive, précise, qui rend la narration dynamique, vivante et terrifiante. L'auteur expose en détail la guerre en Ukraine : Des corps de vieillards et d'enfants gisants, des obus qui tombent sur les immeubles, des morts partout, la guerre, la vodka, la morgue qui empeste la poudre et le sang…
C'est un véritable feu d'artifice pour les amateurs de polars !

Publié le 09/11/2020 11:46  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
"Les adieux de la reine" de Chantal Thomas  -  par Anne

Ce roman a obtenu le prix Fémina et a été adapté au cinéma ; il séduit par sa capacité à restituer l'ambiance de Versailles au cours des dernières journées de Juillet 1789 qui sonnèrent le glas de la monarchie absolue.
Le personnage de Marie Antoinette n'est pas au centre du roman comme le titre pourrait le laisser croire.
La narratrice qui est la liseuse de la reine, évoque surtout les charmes et les contraintes de la vie à la Cour, dans l'univers clos du Château et son vaste Parc :
Agathe -Sidonie nous promène dans les jardins, nous visitons la ménagerie, le hameau de la Reine, ou encore le petit Trianon.
Les descriptions sont si bien détaillées qu'elles nous font ressentir les émotions de la narratrice, qui ne manque pas d'évoquer les moments d'intimité partagés avec la Reine et la fascination qu'elle lui porte avec tant d' amour.
Les puanteurs d'un Versailles rongé par les odeurs nauséabondes nous pénètrent dans les narines.
Nous sommes loin de l'image idyllique renvoyée par la sublime architecture des lieux ! La vie à la Cour semble en réalité peu attrayante.
Et pourtant vivre à Versailles était alors le privilège ultime, celui auquel tous aspiraient quels qu'en soient les inconvénients.
La lectrice assiste avec beaucoup de douleur à l’effondrement d'un univers dont l'harmonie lui semblait pourtant immuable.
Le style de l'auteur est agréable, et on se délecte de phrases magnifiques qui parsèment l'ouvrage. Ce n'est pas un roman historique traditionnel, puisqu'il s'agit d'un témoignage d'une femme qui livre ses réflexions et ses impressions.
C'est un roman lumineux et captivant !

Publié le 04/11/2020 18:07  - aucun commentaire aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 1 page suivanteSuivantFin
Rubriques
Derniers billets
Derniers commentaires
Archives
12-2020 Janvier 2021 02-2021
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Évènements culturels recommandés par JMLIRE
J'MLIRE

L’Association J’MLIRE a été créée en Avril 2011, à l’initiative de 8 femmes désireuses de s’impliquer dans des manifestations autour du livre et de la lecture : conférences,  rencontres littéraires…avec un temps fort, l’organisation d’un salon du livre « Délire de lire » à l’automne, rassemblant tous les acteurs des métiers du livre.